Réseaux sociaux : comment luttent ils contre les fake news ?

Les réseaux sociaux sont propices aux personnes malintentionnées pour faire circuler de fake news, du fait qu’ils regroupent un grand nombre d’utilisateurs. De plus, ils facilitent la circulation d’informations, permettant aux intox de prendre de l’ampleur rapidement. Depuis quelque temps, les réseaux sociaux ont décidé d’agir en mettant en place une politique de lutte contre les fake news pour préserver leurs utilisateurs.

Lutte contre les fake news : Facebook adopte le rachat de conduite

Facebook est l’un des acteurs principaux dans la lutte contre les fake news. Depuis le mois de mars 2020, le réseau social a commencé à supprimer les fausses informations partagées par ses utilisateurs, notamment en rapport avec le covid-19. Avec le signal « Click-Gap », il pourra juger la qualité d’un contenu. Le réseau social collabore également avec différents médias, dont 20 Minutes, Libération et AFP qui analysent les informations partagées sur la plateforme. À chaque fake news détecté, Facebook reçoit une alerte lui permettant de traiter l’information rapidement. Il a mis en place un algorithme informant les utilisateurs qu’il s’agit d’une fausse information. Un autre algorithme traite les images. Pour réduire l’effet viral de l’information, le partage d’une information est limité à 5 personnes à la fois.

Lutte contre les Fake news : la stratégie d’attaque de Twitter

Twitter offre également sa contribution à la lutte contre les fake news. Le réseau social a également procédé à la suppression de certains tweets. Pour éviter la propagation des fausses informations, il a mis en place un système d’alerte qui masque les infox par un fond gris, empêchant les « tweetos ». Avec « Birdwatch », les tweets seront recontextualisés par les internautes. Désormais, le partage n’est plus possible que s’il n’a pas lu en entier l’information. Il est désormais possible de signaler un Tweet de fake en donnant des justificatifs du signalement.

Youtube se lance également dans la bataille

YouTube prend également ses responsabilités dans la lutte contre les fake news. En effet, Google s’est doté d’une panoplie d’outils permettant d’éradiquer la désinformation. Récemment, il s’est doté d’un label de transparence afin d’informer les internautes de l’origine des vidéos qu’ils regardent. Cette politique complète sa volonté de protéger de droit d’auteur. De nouvelles mesures ont également été mises en place, surtout depuis l’apparition de la crise sanitaire. Entre autres, il y a les panneaux fact-checking qui permettent aux médias d’analyser les vidéos publiées. Pour l’instant aucune suppression des vidéos contenant les fake news n’est prévue par le réseau social. Cependant, il n’est plus possible pour certaines chaînes complotistes de monétiser leurs vidéos.

TikTok, l’application de tous les records en quelques chiffres
En quoi l’Intelligence Artificielle pourra–t-elle contribuer à la valorisation des déchets ?