Article 1 le chef a toujours raison : explications et exemples

En entreprise, certains chefs d’équipe ont constamment raison. Ils s’entêtent et n’admettent pas le fait que leur point de vue soit remis en question. Cependant, quelles que soient leurs déductions, une chose est certaine : leur gestion au quotidien est très rude. Voici les explications de cet article 1 des règles du chef : le chef a toujours raison.

 

Les 10 règles de base du chef

 

Le reglement du chef se résume en 10 points, à savoir :

 

– Le chef a toujours raison

– S’il arrive qu’un subordonné ait raison, l’idée de celui-ci devient systématiquement celle du chef

– Le chef ne sommeille pas, il réfléchit

– En aucun cas, le chef est en retard, il est retenu quelque part

– Jamais le chef ne quitte le travail avant l’heure. Il est sollicité ailleurs

– Le chef ne feuillette jamais son journal au travail. Il se renseigne sur les faits économiques.

– Le dirigeant ne prend, en aucun cas, de liberté avec sa secrétaire. Il est en train d’effectuer son éducation

– Le chef reste le chef, même en maillot de bain

– Qui que ce soit entre dans le bureau du chef avec ses propres avis doit en ressortir avec ceux du chef

– Si vous avez un doute, référez-vous à l’article 1 le chef a toujours raison.

 

Comment discuter avec son supérieur ?

Recourez à tous vos sens en vue de bien saisir les instructions qui vous sont données.

– Restez concentré. Accordez toute votre attention à votre chef.

– Soyez attentif. Portez attention à ce que vous discernez.

– Osez interroger. Après avoir discerné et examiné, posez des questions.

– Prenez des annotations.

– Mettez les leçons en pratique.

Suivre les directives est ainsi toujours important, notamment durant la période de formation. En effet, votre supérieur va vous surveiller de près afin de comprendre si vous vous en tirez bien.

 

« Le chef a toujours raison » : explications

Afin de mieux saisir le sens de l’article 1 le chef a toujours raison du règlement du chef, retenez que les fondements d’une bonne argumentation relatent que les raisonnements entre deux êtres rationnels peuvent se concéder comme deux pendules qui marquant la même heure. Elles peuvent autant différer sans engendrer de polémique, partant du principe que cette dernière présuppose une certaine parité de statuts entre les personnages, chose qui fait défaut dans une relation agencée comme, par exemple, en entreprise.

Dans cette vision, l’expression  » Le chef a toujours raison  » indique une façon d’être et de diriger de certains chefs autochtones de l’école du management normatif et quelque peu autocratique et paternaliste. Selon l’axiome de cet enseignement, vouloir faire entendre à son chef un autre son de clocher, « ce serait comme vouloir enseigner au castor à construire sa cabane ». Bien que la polémique soit fréquemment bienfaisante aux deux parties, puisqu’elle leur donne la possibilité de corriger, d’embellir les idées et de se faire également de nouveaux avis, certains maitres ne l’aperçoivent pas de cet angle. Effectivement, dans l’institution du management normatif, l’altercation des conceptions du chef est jugée comme une altercation de son pouvoir. Dans ce type de management, il est de manière très rare permis à d’autres individus d’avancer des appréciations différentes. Et comme derrière chaque acte, il y a généralement une bonne pensée, cette situation s’explique par une détermination d’opérer sur les choses et non de les supporter. Toutefois, il ne faut jamais jeter avec l’eau du bain le bébé. Il ne faut pas omettre que même un dirigeant « à la main de fer », c’est tout de même un qui a des émotions et une part de bonté qui peut se voir atteinte par les critiques.

Liberté des mœurs et condition des femmes en Iran
Les conséquences du Brexit sur l’équilibre de l’Union européenne

Plan du site