Liberté des mœurs et condition des femmes en Iran

condition des femmes en Iran

Les femmes en Iran sont obligées de se couvrir le cou et la tête dans l’espace public dès l’âge de neuf ans depuis 1983. Les actes de protestation que le voile n’est qu’un choix symbolisent un combat plus large pour les droits des femmes en Iran, qui s’opposent à un État qui censure leur corps et restreint leurs libertés. Malgré la réaction disproportionnée du gouvernement, les Iraniennes ne baissent pas les bras, soutenues par une longue tradition de mobilisations politiques et sociales.

Unité de police spéciale

L’Iran a lancé une nouvelle unité de police morale visant à contrôler encore plus strictement les vêtements et les libertés des femmes en Iran sur la voie publique. Actuellement, il existe déjà une unité de police dédiée à cela, composée de femmes, qui arrêtent sans discrimination les femmes dont elles considèrent que les vêtements ne sont pas conformes aux valeurs islamiques. Cependant, il semble que le travail effectué par ces agents ne soit pas suffisant et afin de renforcer leur travail, le chef de la police de Téhéran a signalé le lancement d’une nouvelle police des mœurs composée de 7 000 nouveaux agents en civil. Le fait que la nouvelle patrouille de police morale sans uniforme rendra très difficile pour les femmes de les identifier. À l’heure actuelle, de nombreuses jeunes femmes évitent de se promener dans certains quartiers et points de la ville où les agents moraux garent généralement leurs camionnettes. L’uniforme de ces policiers se compose d’un tchador noir jusqu’au sol qui ne laisse apparaître que l’ovale du visage. Cette nouvelle police fonctionnera incognito. Ainsi, le chef de la police, Hossein Sajedina, lors d’une conférence de presse, a annoncé que la nouvelle unité s’attachera à s’assurer que les femmes portent correctement le voile et qu’elles ne l’enlèvent pas à l’intérieur de la voiture. Sajedina a ajouté que ces nouveaux agents surveilleront également la conduite imprudente et la pollution sonore. Pour en savoir plus, consultez

maryam-rajavi.com

Les fonctions de la nouvelle unité de police des mœurs

Cette nouvelle unité de police n’aura cependant pas la capacité d’arrêter les citoyens, mais rendra compte directement à la police de la morale officielle pour agir. Les agents enverront des messages texte à leurs collègues policiers, indiquant le numéro de plaque d’immatriculation du véhicule si le contrevenant conduit, pour un suivi. Bien que la description des fonctions de cette nouvelle unité de police inclue des questions telles que la conduite automobile, qui est absolument imprudente dans ce pays, personne ne doute que sa tâche principale est d’augmenter la répression contre les femmes pour leurs vêtements et leur comportement. Une mesure dans la droite ligne totalement contraire à la politique de plus grande ouverture et libertés promise par le président Hassan Rouhani après son entrée au gouvernement. L’agence officielle IRNA a récemment signalé le déploiement d’une campagne de moral à Téhéran visant à multiplier les arrestations de femmes dont les vêtements ne répondent pas à des réglementations strictes : voile, manches longues, pantalons longs et camisoles mi-cuisses. Pour mener à bien la campagne, les agents se garent devant les centres commerciaux, cinémas ou théâtres, fréquentés majoritairement par des jeunes, où ils effectuent les rafles. Les arrestations ne durent pas longtemps. Normalement, les filles sont emmenées au poste de police, où elles sont obligées de signer un document dans lequel elles promettent de ne plus s’habiller de manière inconvenante et de payer une amende. L’annonce de la nouvelle police des mœurs a déclenché de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux, qui considèrent l’unité comme un nouveau moyen de réprimer davantage la population. Au cours des deux années de mandat d’Hassan Rouhani, il y a eu peu de fois que le président a affronté l’élite religieuse et politique la plus conservatrice du pays pour exiger moins de persécution des femmes et plus de liberté dans la vie privée de la population.

La révolte

La version iranienne du mouvement #MeToo a éclaté en août 2020 : une jeune graphiste a dénoncé dans un tweet qu’un traducteur bien connu l’avait abusée trois ans plus tôt. La publication a déclenché une vague de solidarité pour la liberté de la femme en Iran, qui ont partagé leurs expériences de harcèlement et d’abus sexuels par des hommes influents du monde de la culture sur les réseaux sociaux. Le sujet est tabou dans un pays ultraconservateur, où les relations sexuelles ne sont légales qu’au sein du mariage et où il n’y a pas de législation sur les violences sexistes. La plupart des plaintes n’ont eu aucune conséquence pour l’accusé. La police de Téhéran a arrêté un doctorant et propriétaire d’une librairie accusé d’avoir drogué et violé plusieurs femmes. L’artiste canado-iranien Aydin Aghdashloo, pointé du doigt par au moins treize femmes, a également vu une galerie d’art annuler une exposition et remettre en cause sa participation à des festivals internationaux. Cependant, ce sont des exceptions dans un système judiciaire qui blâme les femmes victimes d’abus sexuels, répudiées à leur tour par une société conservatrice. L’Iranien #MeToo est un chapitre spécial…

Réforme des retraites : en quoi consiste la retraite à points ?
Les conséquences du Brexit sur l’équilibre de l’Union européenne